Comment est composé un châssis ?

 

06 Nov 2012

Comment est composé un châssis ?

 

Un petit récapitulatif de la composition d'un chassis. Il est toujours interessant de savoir comment sont faites les choses qui nous entoure. 

  1. Joint d'étanchéité au mastic.
  2. Préformé de bourrage-écarteur.
  3. Cale de double vitrage.
  4. Drainage de la feuillure.
  5. Conduit de drainage.
  6. Première frappe : étanchéité principale à l'eau.
  7. Casse-goutte.
  8. Chambre de décompression drainée.
  9. Conduit de drainage.
  10. Le dormant.
  11. Parclose de fixation du vitrage.
  12. L'ouvrant.
  13. Deuxième frappe avec joint périphérique préformé continu : étanchéité principale à l'air.
  14. Chambre pour la quincaillerie.
  15. Rainure éventuelle pour fixation de la quincaillerie.
  16. Troisième frappe : amélioration acoustique
  17. Joint d'étanchéité.

Le dormant

Partie du châssis fixée au gros œuvre. Si le châssis n'a pas d'ouvrant (châssis appelé fixe), le dormant comprendra la feuillure et la parclose de fixation du vitrage

L'ouvrant

Partie mobile du châssis. Les profilés constituant l'ouvrant créent avec ceux du dormant, des barrières étanches à l'eau et à l'air.

Il existe de nombreux types d'ouvrants.

La double barrière d'étanchéité

La barrière d'étanchéité à l'eau et la barrière d'étanchéité à l'air sont physiquement dissociées :

 

  1. L'étanchéité à l'eau.
    Son rôle est d'empêcher au maximum le passage de l'eau. Elle est située du côté extérieur, protégeant la barrière d'étanchéité à l'air des sollicitations climatiques. 

  2. L'étanchéité à l'air.
    Elle est située du côté intérieur et composée habituellement de joints d'étanchéité en matériau souples susceptibles de perdre leur efficacité sous l'action de l'humidité et des rayons ultraviolets.

Entre les deux barrières se trouve une zone de drainage, appelée chambre de décompression.

Une troisième barrière (ou frappe) peut être prévue dans le profilé assurant une amélioration de l'isolation acoustique du châssis. Celle-ci se place du côté intérieur du châssis.

Le principe de la double barrière d'étanchéité est actuellement appliqué sur la quasi-totalité des châssis de menuiserie extérieure et ceci quel que soit le matériau de base (bois, aluminium, PVC, PUR).

Remarque.
Le niveau d'étanchéité au vent et à l'eau dépend :

  • du nombre de frappes (simple, double ou triple) entre les ouvrants et les dormants,
  • de la présence et de l'emplacement des joints,
  • de la continuité des joints dans un même plan et dans les angles).

La chambre de décompression

Elle se trouve entre les barrières d'étanchéité à l'air et à l'eau.

Elle assure :

  • Le drainage et l'évacuation, par le biais des exutoires de drainage, des eaux qui n'ont pas pu être retenues par la barrière d'étanchéité à l'eau.

  • La réduction de la pression du vent sur le joint d'étanchéité à l'eau.

  • L'absence d'eau en contact avec le joint d'étanchéité à l'air.

Le principe d'équilibre des pressions dans la chambre de décompression :

La pression atmosphérique qui règne dans la chambre de décompression est identique à celle exercée du côté extérieur du châssis étant donné que ces deux zones communiquent entres elles par le biais des exutoires de drainage. Par contre, la chambre de décompression est isolée de l'ambiance intérieure par la barrière à l'air.
Dès lors, une goutte d'eau située à la hauteur de la barrière d'étanchéité à l'eau ne subit aucune poussée vers l'intérieur permettant ainsi de limiter les risques d'infiltration d'eau au sein du châssis.

Feuillure et parcloses

La feuillure permet de recueillir l'eau infiltrée dans le joint entre le vitrage et le châssis, suite à une perte d'efficacité ou d'une discontinuité du joint d'étanchéité en mastic.

Le fond de feuillure doit permettre un positionnement correct des cales de support du vitrage.

Le drainage de fond de feuillure est obligatoire pour le double vitrage : il évite toute présence d'eau stagnante dans la feuillure, risquant de s'infiltrer entre les deux vitres.

Le tableau suivant donne les hauteurs utiles minimales (en mm) des feuillures en fonction de la surface du vitrage en m². Ces hauteurs doivent être augmentées des déformations éventuelles des supports.

 

Surface S du vitrage [en m²]

< 0.25

0.25 < S < 2

2 < S < 6

6 < S

Simple vitrage

10 mm

13 mm

18 mm

25 mm

Double vitrage

18 mm

8 mm

18 mm

25 mm

Les parcloses servent à fixer le vitrage et à permettre son emplacement. Leur hauteur doit araser celle de la feuillure. Elles doivent pouvoir se démonter pour permettre le remplacement du vitrage.

Les systèmes de fixation des parcloses sont multiples :

  • par pointage ou vissage,
  • par clipsage sur des boutons,
  • par clipsage sur des ressorts ou des rainures,
  • par vissage en applique.

Les conduits de drainage

Ils permettent l'évacuation des eaux infiltrées dans la chambre de décompression ou dans la feuillure.

Ils doivent répondre à certains critères :

  • Ils doivent déboucher à l'extérieur ou en amont de l'étanchéité à l'air.

  • Ils doivent être équidistants de 50 cm au maximum et situés à proximité immédiate des angles du châssis.

  • Leur section doit être comprise entre 0,5 et 2,5 cm², selon leur exposition. 

  • La différence de niveau entre la chambre de décompression et le débouché de l'exutoire doit être de 4 mm au minimum (14 mm est recommandé).

 

Les calages

Leur fonction est d'assurer le maintien correct du vitrage dans la feuillure. Des cales ponctuelles évitent le contact entre le vitrage et le châssis et permettent de reporter le poids du vitrage sur des points précis du châssis.

Un mauvais calage entraîne souvent un décollement des intercalaires entre les feuilles des doubles vitrages. Il y a donc embuage, ce qui rend ce vitrage inopérant thermiquement et crée un voile intérieur.

Les cales doivent être en matériaux imputrescibles et compatibles avec les produits de calfeutrement choisis et avec les matériaux des châssis (en bois, en polychloroprène, en élastomères, en plomb, ...).

Il existe différents types de cales :



  1. Les cales latérales ou d'espacement (C1) :
    ces cales empêchent le vitrage de bouger. Elles sont nécessaires durant la période pendant laquelle le mastic n'a pas encore acquis sa plasticité définitive.

  2. Les cales périphériques ou de distance (C2) : 
    ces cales doivent permettre la libre dilatation du verre et pour se faire, elles ne sont jamais placées en serrage (on laisse un léger jeu ou on utilise un matériau de dureté moindre que celui utilisé pour les cales d'appui).

  3. Les cales d'assises ou de support (C3) : 
    ces cales doivent avoir une largeur suffisante pour assurer un appui efficace sur toute l'épaisseur du vitrage.

L'emplacement des cales dépend de plusieurs paramètres tels que le type d'ouvrant, le système de verrouillage et le système de suspension. 

Les joints d'étanchéité

Ils assurent l'étanchéité des feuillures à l'eau et à l'air tout en compensant ou en absorbant les dilatations, les déformations et les vibrations sans perdre leurs caractéristiques avec les temps.

On distingue les mastics plasto-élastiques associés aux préformés de bourrage et les préformés élastiques.

Le casse-goutte

Il est destiné à empêcher que l'eau accidentellement attirée vers l'intérieur du châssis ne puisse atteindre la barrière d'étanchéité à l'air. Ce dispositif est donc placé en aplomb de la chambre de décompression et en avant de la barrière d'étanchéité à l'air.

Pour assurer une efficacité suffisante du casse-goutte en cas de châssis fortement exposé, les grandeurs suivantes sont recommandées : une largeur de 6 mm et une profondeur de 4 mm minimum.

 

Ce que nous proposons